Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n’en as qu’une

| LIVRES |

L'important, ce n'est pas la destination, c'est le voyage
| Infos|
Auteur(s), Autrice(s)
Raphaëlle Giordano
Quand ça ?
17 septembre 2015
Où ça ?
France
ISBN
9782266270021
Publié par
Pocket
Quoi ?
Coaching Zen
Raconte (mais pas tout) …
Camille est une "quadra" qui travaille dans la "com", a un enfant et un mari aimant et aimé. Mais quelque chose ne va pas, et à l'âge où on est tenté de faire le bilan, Camille ne se sent pas bien. Et le jour où elle est victime d'un accident de voiture en plein milieu de la cambrousse, sous la pluie, après une journée compliquée, elle trouve refuge dans la maison de Claude, routinologue de métier.

On est pas sérieux quand on a...

A 20 ans, on se fout de tout. On se croit les maîtres du monde. 15 ans plus tard, la chanson n’est plus la même.

C’est pour cela que, un jour de moins bien, où il n’y a plus de café dans le placard, où le collègue n’a pas prévenu qu’il venait d’utiliser la dernière feuille de PQ, où le métro/bus/tramway/train vous passe une fois de plus devant le pif, vous sentez la colère poindre, et vous avez la désagréable impression que le monde s’acharne contre vous. L’exemple est à adapter (on est pas tous des quadras bobos bureaucrates comme dans le livre en question – et paf, c’est gratuit… ) mais au final, la question tombe, implacable, brut, et loin d’être innocente :

– Mais qu’est ce que je fous là ? Pourquoi je me fait ch**** avec ce boulot ? Avec ce trajet ? Avec tout ces cons ? (oui pendant ces périodes, vous serez bizarrement toujours entouré(e)s de cons).

Bref, vous ne pouvez pas y échapper. L’heure du bilan a sonné. Et en général, vous le trouvez pas très glorieux.
Mais qu’en est-il vraiment ? Est-ce que vous êtes vraiment en pleine déprime ? Ou peut-on parler d’une société qui a peut être mal à son « sens des valeurs » ?

Un mal de société

Des sondages et enquêtes fourmillent sur internet sur ce sujet. Par exemple, prenons un chiffre faux sur une enquête qui n’existe pas : 62,5% des français sont heureux dans leur travail… Pas mal, n’est-ce pas ?

En fait, on aurait pu prendre, n’importe quel chiffre vrai ou faux, l’important est ailleurs. Quelles que soient les statistiques, elles sont loin d’être pertinentes quand ça touche à un sujet aussi personnel, voire intime : votre bien-être.

De plus, on a vite fait de sombrer dans une dépression chronique si jamais on s’attarde sur ce qu’on veut bien nous communiquer autour de nous. Les médias, la publicité, les journaux, la radio, la télé, et aujourd’hui Internet, on est continuellement abreuvé (pour ne pas dire gavé) d’informations plus ou moins pertinentes et qualitatives (moins que plus).

Raphaëlle Giordano, auteur d'un roman phénomène.
Raphaëlle Giordano, auteur d'un roman phénomène.

"Combattre l'immobilisme"

Donc, le postulat de départ de Raphaëlle Giordano, est : « A un moment de sa vie, peu importe quand, on fait le bilan.« 

D’où le nom du livre.

Pour l’histoire, le personnage principal, est Camille, cadre sup, la quarantaine, flanquée d’une famille idéale en la personne de son fils et son mari, elle a tout ce qu’elle désire.

Et pourtant, ça ne va pas.

Ça ne va pas, parce qu’elle a l’impression que « ce qu’elle désire » n’est pas vraiment ce qu’elle désire. Mais c’est plutôt son environnement social plus ou moins éloigné qui lui a fait croire que c’est cette vie qu’elle désirait

Par pur hasard, elle fait la rencontre d’un homme qui va lui changer sa vie et sa façon de voir les choses. Dans cette histoire, le hasard provoqué ou sortir de sa routine est montré parfois comme salvateur. Cet homme, c’est une sorte de coach zen parti en guerre contre la routine de la société, qui a eu la bonne idée de se trouver sur la route de Camille.

A partir de là, dans le livre, on peut vite comprendre ce qu’il va suivre dans l’histoire (y compris la fin). C’est à la fois un peu dommage et pas très grave. Car l’intérêt du livre est ailleurs. Cet ouvrage est un livre de conseils et d’astuces didactiques à destination des gens qui cherchent à sortir d’une pression sociétale qui donne le bourdon.

L’ouvrage est court, facile à lire, et va très (trop ?) vite dans l’histoire. Du coup, on le lit très vite, mais on laisse les personnages un peu de côté, pour s’intéresser beaucoup plus aux ateliers, et aux exercices qu’ils pratiquent et trouver un moyen de l’appliquer à notre situation personnelle. Gymnastique de l’esprit, pensées positives, situations incongrues, tout est bon pour faire sortir notre cerveau des rails pré-construits par nos visions étriquées du monde.

Çà parait utopiste ou naïf vu comme ça, mais c’est pour moi, l’information importante de ce bouquin. Elle pourrait se résumer dans une citation de Bernard Werber qui disait que « pour comprendre un système, il faut s’en extraire« .
Et surtout, s’y tenir. Car il n’y a rien de plus dur que de changer ses habitudes.

Il ne faut donc pas se laisser avoir par les personnages, qui ne sont que pour illustrer le propos de l’auteur et pour servir d’exemple. Mais l’objectif de ce livre est de montrer que même dans un environnement social soi disant idéal, on se sent dépérir ou déprimer, la fatalité n’est pas une solution. Changer de destin est possible à n’importe quelle moment, et le pire dans ces cas-là est l’immobilisme.

Un autre phrase connue dit :« L’important, ce n’est pas la destination, c’est le voyage. » Et avoir un but dans la vie, ne sert parfois que de prétexte à faire ce voyage. En lisant ce livre, on se rend compte que même si on ne trouve pas sa voie facilement, rien que la chercher est gratifiant.

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.
Pour être au courant des dernières actualités, abonnez-vous

© 2024 Le Monde de V | Tous droits réservés